Documents de presse

Communiqué de presse 30 mars 2021

Press release 
March 30, 2021

Dossier de Presse 
30 mars 2021

Comment construisons-nous nos connaissances ? 
Un bref aperçu de la théorie constructiviste de Jean Piaget

Article par Indraneel Banerjee. 19 avril 2021

Selon Jean Piaget : "Le but principal de l'éducation dans les écoles devrait être de créer des hommes et des femmes qui sont capables de faire des choses nouvelles, et pas seulement de répéter ce que les autres générations ont fait ; des hommes et des femmes qui sont créatifs, inventifs et découvreurs, qui peuvent être critiques et vérifier, et non, accepter, tout ce qu'on leur propose". Ces mots peuvent s'appliquer aux étudiants d'aujourd'hui pour comprendre nos histoires et nos cultures de manière significative.  

Nous avons tous joué au jeu qui consiste à dire la première chose qui vous vient à l'esprit lorsqu'on vous dit un mot. Par exemple, lorsqu'on vous demande de prononcer le mot "chaise", les images qui vous viennent à l'esprit peuvent être celles d'une confortable chaise de salle à manger, d'une chaise longue en velours ou même d'un simple pouf. Les images elles-mêmes varient pour chaque personne, qu'il s'agisse de couleurs, de textures, de bois, de plastique ou de structure. 

Ce jeu met en lumière l'un des processus d'apprentissage, à savoir la théorie constructiviste. L'un des principaux partisans de ce type d'apprentissage est le psychologue et biologiste franco-suisse Jean Piaget. Il a développé cette théorie après avoir passé des années, avec sa femme, à observer leurs propres enfants et d'autres enfants dans des écoles de jeux. Il documente chaque étape de leur développement cognitif, ce qui lui a permis d'établir sa théorie selon laquelle les enfants apprennent en construisant leurs propres connaissances par le biais de leurs interactions et de leurs expériences avec le monde qui les entoure, plutôt qu'en apprenant simplement "ce qu'il faut savoir". 

La théorie de Piaget nous apprend que tous les individus ont des représentations mentales du monde qui les entoure. Aux stades de l'apprentissage, les individus assimilent ou accommodent les nouvelles informations issues de leurs interactions et expériences sur les représentations préexistantes. La décomposition de notre exemple précédent, les chaises, serait une représentation mentale que nous avons tous. Aux premiers stades de l'apprentissage, les enfants apprennent par expérience que les chaises sont des objets physiques destinés à être assis. Au fur et à mesure que l'enfant grandit et qu'il a plus d'interactions et d'expériences avec le monde, il rencontre différents types de chaises, de couleurs, de textures, de formes et d'aspects variés. 

Construire ses représentations mentales par l'expérience

Au cours de ce processus d'apprentissage, l'enfant peut rencontrer de nouveaux types de chaises, avec des couleurs et des formes qu'il n'avait jamais rencontrées auparavant. L'enfant va donc assimiler ces nouvelles versions de chaises dans ses représentations mentales. D'autre part, lorsqu'un enfant interagit avec des objets tels qu'une table, qui peut également être utilisée pour s'asseoir, il subit un processus d'accommodation. Grâce à des expériences antérieures, l'enfant peut considérer une table comme un autre type de chaise, mais il a appris qu'elle est différente et qu'elle n'est pas destinée à s'asseoir. Grâce à cette expérience, l'enfant intègre la table dans un nouveau schéma qui se développe ensuite parallèlement à d'autres schémas préexistants. À partir de ce processus, Piaget développe sa théorie de l'apprentissage constructiviste. 

Dans le cadre scolaire, l'application de cette théorie implique que les élèves soient engagés dans leur environnement dans une posture active, qu'ils aient la possibilité d'interagir et de faire l'expérience de nouveaux matériaux, idées et thèmes. Il en résulte que les enfants développent leur propre schéma par le biais de connexions - les chaises ne sont pas des tables - et par le processus d'assimilation et d'accommodation. Pour les élèves, il s'agit d'apprendre par les cinq sens : le toucher, l'odorat, la vue, le goût et l'ouïe. Pour les facilitateurs d'apprentissage, cela signifie la création et l'élaboration d'expériences sensorielles et ludiques qui stimulent l'auto-apprentissage par le biais d'une variété d'activités et d'interactions. 

Selon la théorie constructiviste, les élèves apprennent "comment apprendre" à partir d'expériences directes et deviennent des individus holistiques capables de s'épanouir dans n'importe quelle situation grâce aux compétences et aux informations qu'ils acquièrent lorsqu'ils sont encore jeunes. Depuis les chaises et les tables jusqu'aux étoiles et au-delà ! 

CLICK HERE FOR ARTICLE IN ENGLISH

Crédit photos : Freepik.com

Le taux de rétention de l'information

La pyramide d'apprentissage de Dale schématise que la posture active permet d'accroître le taux de rétention de l'information. 

(National Training Lab, 1960)

L'intérêt des ateliers ludo-éducatifs pour l'apprentissage

Les apprentissages peuvent être stimulés par des déclencheurs sensoriels, logiques et sociaux. L'utilisation de tous les canaux d'apprentissage permet de s'adresser à tous les individus dans leur diversité. 

Sensoriel 

Les sens sont des canaux d'acquisition privilégiés des jeunes enfants qui leur permettent d'appréhender le monde qui les entoure : le visuel, l'auditif, le tactile, l'olfactif et le gustatif. 

Logique

Les ateliers jeu sensoriels permettent à l'enfant de construire des liens significatifs entre un univers sensoriel et l'univers cognitif. 

Social

L'organisation de l'atelier en équipes privilégie la coopération et les échanges. 

Innovation

L'utilisation de technologies digitales favorise la curiosité et l'engagement. Pour les enfants, la réalité augmentée sur tablettes est la technologie que Playful Culture a sélectionnée.